10. Île Navarino

10. Île Navarino

19 décembre. Ushuaïa. 5h du mat’. Le canal s’éveille et nous avec. Nous rejoignons Igor et son voilier. Il y a aussi sa sœur Olga, et sa compagne Adriana. Hop, hop, nous chargeons sacoches et vélos, sans bruit, pour ne pas réveiller les autres bateaux, et larguons les amars pour la traversée du canal de Beagle dans les lumières matinales. Le mer est d’huile. Igor envoie Célestin et Leila hisser le génois, mais le vent peine à gonfler la voile. C’est doux, c’est calme. Les enfants écoutent les histoires de ce frère et cette sœur nés sur le bateau, qui y ont passé toute leur enfance et aujourd’hui poursuit les navigations dans le grand sud pour l’un et se dédie à la peinture pour l’autre (Allez voir les œuvres d’Olga, on y retrouve toute l’atmosphère de ce grand sud : bely.olga). Célestin, malgré le mal de mer, se met à penser à la prochaine année de voyage que l’on passerait sur un bateau…

Puerto Williams en vue, le Mikalvi est toujours là! Derrière, apparaissent les Dents de Navarino que nous allons parcourir à pied. Formalités d’entrée en territoire chilien, passage chez Denis pour acheter une carte du coin (nous le reconnaissons, lui pas, normal), déclaration de notre départ en rando chez les carabineros, retour au bateau. Igor propose de garder nos vélos. Nous acceptons avec plaisir. Hop, hop, transfert du matos des sacoches dans les sac-a-dos, débarquement du tout, les enfants sont aux rames, et c’est parti pour le fameux tour des Dents de Navarino, la rando “la plus australe du monde” !

Objectif n1 : rejoindre le départ du sentier, par la piste. De là, ce sont entre 3 et 5 jours de rando “engagées” dixit les topos lus. Ce sont surtout les conditions météo qui peuvent rendre les choses difficiles, voire extrêmement difficiles, mais pour une fois, il semble que Zeus soit avec nous, alors on en profite! Nous dormons au départ du sentier.

J1. Nous prenons gentiment de l’altitude dans la forêt avant de rejoindre la crête dénudée du Cerro Bandera, la montagne du drapeau, qui flotte fièrement au vent… Célestin, un peu palot, traîne la patte, Leila avance comme un cabri. Pause pique-nique, un autre randonneur nous rattrape. Il vient fêter ici son anniversaire et ses dix années de trekking. Célestin calcule “moi aussi ça va bientôt faire dix ans que je randonne!”. Charcuterie et fromage aidant, il reprend du poile de la bête, entraîne tout le monde à flanc de montagne, descend dans le pierrier, rattrape le chilien, remonte dans le lit d’un petit torrent pour atteindre un col au-dessus d’un lac… gelé! Alors ça, on ne s’y attendait pas. Un peu de neige oui, mais un lac aussi gelé, pas vraiment. Derrière, au loin, les îles du Cap Horn. C’est beau, ça fait rêver, mais il ne faut pas traîner. Ce n’est pas ici que l’on va camper et il y a quelques névés à traverser. Les enfants chaussent leurs baskets à neige et c’est reparti, jusqu’à un lac où nous sommes censés trouver un endroit abrité du vent. Heureusement, ici les buissons sont plus hauts que dans la pampa, ça aide, car le vent fait même voler l’eau du lac !

Nous fêtons le solstice d’été en doudoune sous une nuit bien ensoleillée!

J2. Petit colu pour rejoindre un autre lac, ou plutôt des lacs. Certains naturels, d’autres artificiels, construits… par les castors! Ces animaux introduits ici il y a quelques dizaines d’années se sont multipliés et ont modifié le paysage à leur sauce. Ces grands bâtisseurs ont transformé les vallées en une succession de lacs en terrasses. C’est impressionnant. Le sentier en emprunte même les rives faites de branches et de terre.

Fin de journée. Nous arrivons au campement d’un petit groupe. Discussion avec la guide et un des porteurs. Le lendemain, la météo annoncée n’est pas top. Il nous reste un col à passer et surtout une descente bien raide dans un pierrier. Les enfants sont en forme, les journées sont longues, nous décidons de poursuivre. Le sentier se perd au millier des lacs de castors. La montée est douce, mais longue. Ça ne ressemble à rien de ce que laissaient imaginer les cartes : un immense plateau caillouteux, lunaire, pour arriver en haut du fameux pierrier. Et effectivement, c’est raide! Nous avons le choix : option neige ou option cailloux. Faute de ski, nous optons pour les cailloux. Les enfants chaussent leurs baskets renforcées et découvrent le ski sur pierrier. Ils adorent! Nous longeons le dernier lac en contrebas pour aller chercher un abri derrière les buissons.

J3. Descente finale. Nous nous enfonçons dans la forêt, sautons des torrents. Le sentier se perd entre les arbres, dans les broussailles, se referme, devient humide, très humide, franchement boueux. Flo, avec sa boussole intégrée, ne perd jamais le nord, malgré les arbres tombés et la sente qui a un peu trop tendance à finir au milieu des bartasses bien épaisses. Ouf, on sort enfin du bush! Face à la mer, et contre toute attente sous le soleil!

Pique-nique au bord de la piste. Trois porteurs arrivent. Les enfants rigolent : il y a celui qui se met en calbute pour profiter du soleil et celui qui se met tout habillé dans son duvet pour faire la sieste…au soleil! Belle image de la météo dans ces contrées.

Un pick-up arrive, nous montons dedans pour rejoindre Puerto Williams et s’éviter les huit kilomètres retour.

Le voilier n’a pas bougé. Nous récupérons sacoches et vélos, faisons la bascule rando>vélo, et partons pour un beau lieu de bivouac recommandé par Igor : une petite clairière à l’abri du vent, sans doute utilisée en son temps par les yaganes et leurs huttes.

23 décembre. Nous quittons l’île en ferry pour attaquer notre remontée vers le nord et rejoindre Punta Arenas. Arrivée prévu le lendemain, 24 décembre, à minuit. L’équipage est pressé. Le bateau largue les amars une heure plus tôt que prévu. Demi-tour, il manque deux passagers! Nous repartons. Ambiance sympathique sur ce ferry, seul moyen de rejoindre le continent par voie terrestre. Quelques touristes, comme nous, au milieu des locaux qui profitent de billets pas chers pour rejoindre le continent, la famille, ou encore des services de santé absents de l’île. Repas à la cantine, les plateaux vibrent fort sur les tables proches des moteurs. Chacun s’installe pour la nuit, profite des places libres pour s’étendre sur deux sièges au lieu de l’unique réservé. Le bateau passe au milieu des fjords, longe des glaciers qui tombent dans l’eau. Les albatros jouent du vent dans les lumières marines, phoques et dauphins s’amusent des vagues. Le capitaine met le plein régime, change un peu l’itinéraire habituel pour raccourcir le trajet. Nous entrons dans le détroit de Magellan. Les nuages sont toujours aussi beaux.

Punta Arenas, nous arrivons avec quatre heures d’avance. Le débarquement est efficace!

Nato, parti fêter noël en famille, nous a laissé les clefs de chez lui. C’est juste parfait. Le père noël connaît même l’adresse de notre résidence ponctuelle! Les enfants sont heureux de ce qu’ils trouvent au pied du sapin : une canne à pêche pour Célestin (depuis le temps qu’il en rêvait!), un béret de gaucho pour Leila (“le prochain voyage, sera à cheval!”, oups, c’était pas prévu ça !), et des dizaines de livres à mettre sur la liseuse (nous avons de vrais boulimiques de la lecture avec nous, désormais ils râlent quand les livres ne font que 150 pages!).

9. Terre de Feu

9. Terre de Feu

Dimanche 3 décembre. Départ pour Porvenir. Faux départ. Le ferry est complet. Nous commençons à nous installer dans le terminal vide tout passager. Séchage du linge devant les radiateurs, école sur les bancs, repérage de la pelouse pour planter la tente ce soir, quand Nato passe nous voir. Retour à la maison! Bonheur d’un dernier tour à la piscine. Humm, l’eau chaude.

Lundi 4 décembre. Vrai départ (nous avons nos billets cette fois!). Traversée du détroit de Magellan sous un ciel incroyable! Les nuages qui se forment sur les montagnes avant de venir sur la mer transforment le ciel en un tableau magnifique. Sur le bateau deux autres cyclos : Annie et Pascale, partie du Canada, ils sont en route pour Ushuaïa.

Nous posons les pieds en Terre de Feu, Il vente. De plus en plus fort. La côte est belle. Le vent nous aide sur ce ripio pas facile. Virage au nord. Aille ça se corse. J’essaie de protéger Leila des bourrasques, tout en essayant de ne pas me projeter sur elle. Pas facile. Ni pour l’une, ni pour l’autre. Le soir arrive. Le vent ne faiblit pas. Pas vraiment d’endroit où planter la tente ici, pas vraiment d’eau non plus. Nous sautons la barrière d’une estancia vide d’habitants. Flo va demander de l’eau au voisin. Un cochon pend à un crochet. Une dizaine de chiens lui sautent dessus. Le gars est entier. Comme cette terre. Il nous donne le peu d’eau qu’il lui reste de sa dernière virée à Porvenir. Après maintes tergiversations, nous décidons de nous mettre à l’abri contre un des murs de l’estancia. Si les proprios débarquent, nous leur expliquerons qu’il n’y avait pas vraiment le choix…

Nous nous réveillons. Soleil. Nous nous préparons. La pluie commence à tomber. Flo sort. Grand ciel bleu, mais de la neige au pied de la tente. Nous plions l’intérieur, il se remet à pluineger. Nous déjeunons sous la tente, grand bleu. C’est à ne rien y comprendre. Une chose est sûre, le vent, lui, est toujours là! Il ne nous quitte pas de la journée. Il est plutôt de dos et avec une moyenne de 70/80 km/h, on arrive à faire des pointes à 30 km/h sur le ripio sans pédaler! C’est cool! Mais fatigant et on ne quitte pas les doudounes de la journée.

Après 110 km de piste, ça y’est nous rejoignons l’asphalte ! Enfin le refuge du carrefour. Un abri construit sous le gouvernement Bachelet. A l’origine, il y avait tables, bancs, étage où dormir à deux (ou quatre un peu serre), toilettes sèches et même un poêle! Aujourd’hui, la plupart de ces refuges ont été vandalisés, certains sont inutilisables, d’autres continuent d’accueillir les cyclos en manque d’abri protégé du vent. C’est notre cas ce soir. On en profite pour éduquer les automobilistes qui viennent se soulager à l’abri du vent contre le mur du refuge…

Mardi 6 décembre. Aujourd’hui nous avons décidé d’aller voir les pingouins, enfin les manchots. “Petit” aller-retour de 15 km sur piste. Facile, si il n’y avait pas ce bbrrr de vent ! Du coup, on se lève tôt car on sait que ce ne sera pas facile justement, et ça ne l’est pas. Vent de face, de côté. Leila chute plusieurs fois. Elle maudit le vent (et sans doute aussi ses parents…). Nous finissons par arriver en avance pour la visite et nous nous abritons derrière la porte fermée (le proprio du terrain sur lequel se sont installés les manchots a clôturé les lieux pour protéger les bestiaux et organise des visites guidées d’une heure top chrono). La porte s’ouvre, lavage des semelles pour ne pas contaminer les lieux… Et ça y’est nous voyons ces fameux pinguinos. Ils sont beaux ! Normal ce sont des rois. Ils ressemblent aux empereurs, mais contrairement à leurs cousins, ils ne vivent pas en Antarctique. Les ados sont en pleine mue. Ils se font rabrouer par les adultes quand ils essayent d’intégrer les groupes de paroles. Un petit groupe part à la pêche, cahin-caha, vers la plage. Ça vente, ça caille. Nous nous demandons quand même ce qu’ils fichent là! Mais nous, nous sommes bien contents d’avoir réussi à venir jusqu’ici pour les voir !

Retour avec le vent, un poil plus aidant, mais ce n’est pas non plus la fête. Nouvelles chutes sous le regard des guanacos. Ouf, retour au refuge et … arrivée sur le goudron!

Cap à l’est, vent de dos ! Ça file comme jamais ! Pas de trafic (nous apprendrons plus tard qu’à cause du vent, les ferrys n’ont pas pu faire les traversées pour la Terre de Feu ce jour-là), les guanacos broutent tranquilles sous le soleil, la pampa se pare de magnifiques couleurs. Nous faisons du 35km/h sur le plat sans donner un coup de pédale ! Le rêve!! Pause goûter tardive dans un nouveau refuge, seul abri possible avant la frontière à 30 km. On reste? On continue? Deux cyclos arrivent, Paul le polonais et Brice le breton, ils arrivent de Provenir, partis à 11h30 ce matin, nous en sommes à notre troisième jours… C’est décidé, on continue! C’est magique. Les enfants se prennent pour des supers héros avec leurs VEE, vélos à énergie éolienne ! C’est trop coooool le vélo!

Arrivée au poste frontalier argentin. Le gendarme : “l’hosteria c’est par ici, la salle d’attente, gratuite, chauffée avec cuisinière et douche chaude c’est par là, vous pouvez laisser vos vélos dehors, on est là toute la nuit”, “Et pour les papiers?” “ha oui, c’est par ici”. 10 ans après, les souvenirs reviennent. Déjà à l’époque la douche des filles ne fonctionnait pas, celle des gars fermait mal. Le bonheur d’avoir un endroit au chaud après tant de froid est toujours le même. Célestin nous dit : “ce matin je m’imaginais un camion vide pour transporter les brebis. Hop, on met les vélos dedans, contre les bottes de paille. Il nous emmène aux manchots et on revient au carrefour avec. Sauf que ça c’est pas passé comme prévu.” Et non, nous avons fait près de 90 km, dont 30 km de ripio abominable et 60 km de pure bonheur !

Fou rire en voyant des prises au plafond de la salle d’attente : “Comment ils font pour recharger leur téléphone ? Ils sautent? Ils appellent les pompiers?”

Le lendemain, le vent aide toujours et la circulation est toujours aussi faible. Nous pouvons nous amuser, discuter côte à côte, faire des travellings sans les mains, regarder les puits de pétrole disséminés dans la pampa, les gazoducs qui la traversent. Puis on arrive dans la ville, la grande, Rio Grande. C’est la fête de l’illumination de l’arbre, avec jeux, concerts, churros. Les enfants sont perdus ! Trop de contraste avec les derniers jours. L’arbre en question est celui de noël. Un sapin. Comme il n’y en a pas ici, chaque ville et chaque village en fabrique un avec des guirlandes accrochées à un poteau central. D’où l’illumination de l’arbre. Nous en voyons aussi en bouteilles, pneus, planches, etc. Et alors que nous sommes censés être en plein été, il y a des bonnets rouges et des bonhommes de neige un peu partout. Vive la mondialisation !

Mais ce soir nous ne restons pas. L’illumination se fait à la tombée de la nuit, et la nuit elle tombe bien trop tard sous ces latitudes. Nous filons chez Jose, notre hôte ici. Nous n’avions pas bien compris, mais Jose habite chez sa compagne et laisse sa petite maison aux cyclos de passage. Et des cyclos, il y en a un paquet qui passent par ici ! Certains ont même tendance à rester un peu plus que de raisons, sans forcément s’occuper de la maison… Les enfants découvrent l’ambiance “casa de ciclista”. Nous serons 11 le dernier soir autour de l’asado, à venir d’un peu partout : Espagne, Canada, Chili, Argentine, France. Il y a ceux qui vont au nord, ceux qui vont au sud.

Il est temps de reprendre la route, direction le sud pour nous. Vent de face. On ne peut pas toujours avoir de la chance. Virage, le vent tourne avec nous. “C’est l’arnaque” nous dit Leila. “En plus, ce matin, il faisait grand beau et maintenant c’est tout gris”. De fait, de magnifiques nuages couvrent la pampa et nous sommes contents de ne pas être en dessous! Il est vite l’heure de chercher un endroit où planter la tente à l’abri du vent. Premier stop pour demander de l’eau, un grand gaillard au fort accent russe remplit nos gourdes. Pas vraiment avenant le gars. Nous poursuivons notre route sans rien demander de plus. Bientôt une estancia. Nous y avions dormi il y a dix ans. Souvenir d’une très bonne soirée. Aujourd’hui, le proprio ne veut plus des cyclos. Mauvaises expériences? Abus? La faute aux applications et réseaux sociaux qui référencent les lieux de bivouacs, mais aussi les lieux de rencontre qui devraient rester propre à chacun? En tout cas, son père est désolé de ne pouvoir nous aider, le jeune stagiaire aussi, et nous, nous sommes désolés de la tournure que prennent les voyages. Nous continuons. Le soleil se couche après 23h. Les journées peuvent s’étendre sans danger, mais pas sans fatigue. Ça commence à tirer et toujours pas un arbre ou une bosse derrière laquelle s’abriter. Enfin un semblant de forêt. Un camping, fermé, cadenassé. Une dame arrive. Le camping est fermé, oui, mais pas pour les cyclos chahutés par le vent, ouf! Elle cherche avec nous le meilleur endroit pour planter la tente, puis finit par nous proposer un cabanon et allume le poêle d’une cuisine extérieure. Toutes les mains s’y réchauffent. Un couple d’amis sort. “Mais je vous connais! Je vous ai vu sur Instagram!”,”Quelle notoriété!” Une vidéo réalisée par la gérante d’un camping au nord de Concepcion a fait le tour du Chili et s’en est même allée du côté de l’Argentine, du Brésil et de l’Uruguay. Pour toutes ces personnes qui demandaient comment nous suivre, nous avons créé un compte Instagram (Terre_de_paysages). Nous avouons ne pas être encore au top, plus à l’aise sur nos vélos que sur les réseaux…

Leila nous le fait remarquer : “Nous ne sommes plus dans la pampa, il y a des arbres!”. Les paysages changent en atteignant le sud de la Terre de Feu, plus boisés, plus montagneux, des lacs. Les journées sont plus grises aussi, un peu longuettes parfois. Des portes s’ouvrent. Celle de la boulangerie de Tolhuin qui accueillent depuis très longtemps les cyclos dans sa réserve au sous-sol, celle de la protection civile, grand sourire, qui met les enfants au chaud. “Trop chaud” d’après Célestin. “Ils mettent le chauffage à fond et ouvrent les fenêtres!!”. Dix ans plus tard, nous n’arrivons toujours pas à nous faire aux brûleurs de gazinières qui restent allumés sans casserole dessus. Par réflexe, nous continuons de les fermer…

Dernier col avant Ushuaïa. Giboulée de neige au sommet! Petite pluie dans la descente. Refuge sous les devantures des bâtiments fermes de la station de ski. Nous errons parmi les ouvriers qui s’occupent de la maintenance, construisent nouveaux hôtels et cabanas de luxe. Un renard de Patagonie nous regarde planter la tente sur les pelouses grasses de l’école de ski. 22h30, il fait encore jour. Difficile de se coucher tôt et de garder un rythme “normal”. Il fait froid comme en hiver, mais jour comme en été, drôle de noël en perspective!

Ushuaïa! Ça y’est nous y sommes! Nous n’avions pas prévu de venir jusqu’ici et nous sommes contents d’y être arrivés! Fin del mundo. A la fois si loin, et si proche. C’est la première fois depuis quatre mois que nous reconnaissons aussi bien les lieux. L’atmosphère, la sensation d’arriver au bout du monde sans pour autant que ce soit la fin. Nous ne pouvons nous empêcher d’aller sur les pontons voir s’il y a possibilité de continuer plus au sud….

Canal de Beagle. Zone de friction entre l’Argentine et le Chili. Il y a une douzaine d’années, un ferry avait été mis en place pour relier Ushuaïa, argentine, et l’île Navarino, chilienne. Depuis le covid, il ne fonctionne plus. Les autorités chiliennes ne veulent plus non plus des traversées commerciales en petite lancha. Restent les traversées officieuses, ou la chance de rencontrer un équipage prêt à nous emmener. Flo y croit, et il a raison! La chance nous sourit : Igor accepte de nous embarquer! Nous avons quelques jours pour nous reposer, fêter un anniversaire (Nous avions fêté ici les 30 ans d’Aurélie, nous y fêtons cette fois les 44 de Flo, aux enfants d’écrire la suite s’ ils le souhaitent…), et visiter le musée de la prison d’Ushuaïa.

Muséographie particulière : chaque petite cellule constitue une petite salle. Et des petites cellules, il y en a beaucoup. Il était un temps ou les prisons servent à coloniser les territoires où personne n’avait vraiment envie de s’installer. Ces cellules racontent tout ça, les expéditions navales, la flore, la faune, la création de la ville, son développement, les natifs, ces peuplent “qui n’ont pas su se faire à la culture des colons”. Une frise chronologique numérique se termine sur une photo de partie de chasse, la légende précise “Chasseurs de natifs”. Point. Il m’a fallu un temps pour réaliser ce que j’avais sous les yeux. Une histoire qui se termine sur une chasse aux populations locales sans aucune remise en question. A Bariloche, le musée de la ville, si il n’avait pas encore revu ses expositions, interpellait le visiteur par des pancartes sur cette façon de construire l’histoire : “Peux-t-on résumer un peuple à ses outils ? » ; « Colonisation : premier génocide sud-américain » ; « Pourquoi les femmes sont-elles absentes de cette salle? » ; « Non, ces terres n’étaient pas des déserts.” Ici, rien. Les salésiens se montrent en médiateurs entre des colons qui ne comprennent rien aux populations locales et des populations locales trop heureuses de pouvoir chasser des moutons parqués. Envie de coup de gueule. Envie de crier, de pleurer. Stop. D’une colonisation à l’autre, rien ne change. D’une guerre à l’autre, tout est pareil. Ici, la-bas, pourquoi ce besoin d’écraser l’autre, le faire disparaître, puis parler de désert. Il n’y avait rien avant, nous avons tout fait. Mensonge. Je ne peux plus voir ces photos figées, coupe au bol, ces habits porteurs de mort. Mal. Culpabilité. Ces colons, européens, c’est moi, c’est nous.

7. Du Paso Samore à Puerto Natales

7. Du Paso Samore à Puerto Natales

Retour au Chili, retour à la pluie. Fatigue de ce gris, de cette humidité. Nous arrivons à rester sec, mais à l’intérieur nous commençons à prendre l’eau. Fuites de toute part. Mais quelle idée de voyager à vélo ! Quelle idée d’être ici, là , maintenant ! Heureusement, Célestin et Leïla gardent le morale pour quatre, s’émerveillent du plus grand toboggan du monde, adorent l’atelier pain avec Liliarosa (et sont ravis de l’absence de douches!), se dessinent des ordinateurs tout inclus : météo, GPS, bibliothèque numérique, films, envois de message, boutique pour commander des vêtements et de la nourriture, cartes et même appel vidéo pour discuter entre eux !

Nous traversons des paysages de cartes postales, entre lacs et volcans. Les affiches sont là pour nous le rappeler, car des courbes parfaites du volcan Osorno, nous ne verrons que les pieds.

Puerto Varas. Il pleut. Soleil. Arc-en-ciel. Trombes d’eau. Très bonne boulangerie. S’attacher aux petits riens qui font tout. Retrouvaille avec Simon et Ronya. Célestin est heureux. Revoir les gens que nous croisons sur la route, savoir où ils sont, deviennent des repères importants. En plus « c’est bien pour les adultes de retrouver des copains avec qui discuter ! »

Puerto Montt. Il pleut. Soleil. Arc-en-ciel. Trombes d’eau. Le plus grand des parcs pour enfants encore jamais vu ! Prendre le temps de ces grands tout, qui parsèment le voyage de petits bonheurs.

Petit tour au port de pêche. Quelques lions de mer font les poubelles au milieu des restaurants. Les mâles se jettent dans les containers, tandis que les femelles préfèrent, elles, rester à l’eau…

Puerto Montt. Point de départ pour des mini-vacances sans vélo. « Petite croisière » de trois jours à  travers les canaux de Patagonie pour rejoindre Puerto Natales à quelques 2.000 kilomètres plus au sud. Nous rencontrons nos compagnons de route pour les jours à venir. Des voyageurs venus d’un peu partout, mais surtout pas mal de francophones. Les enfants sont contents de pouvoir échanger facilement. Nous mettons plus de deux heures à lever l’ancre. Drôles de cris au sous-sol du bateau… Nous nous demandons combien de doigts, le marin chargé de la manœuvre, a perdu… La réponse est rassurante (ou pas…), l’ancre est mal fichue et à chaque fois c’est la même galère au moment du départ. De quoi en perdre la voix !

De vraies vacances : pas de courses à faire, pas de repas à préparer, de vélos à entretenir. Il y a même des séances de yoga et la projection d’un documentaire sur les baleines ! Mais il y a surtout des paysages incroyables, entre continent et îles inhabitées. Plus nous descendons en latitude, plus la neige descend en altitude. Ce n’est pas pour nous rassurer, mais c’est beau vu du bateau ! Nous apercevons des souffles de baleines au loin, des dauphins de Patagonie viennent s’amuser sous l’étrave du bateau, des lions de mer glissent sur l’eau. Les enfants ne veulent plus descendre. Célestin se voit bien passer toute sa vie ici, sur le bateau, au milieu de ces paysages « si beaux ».

Arrivée magique à Puerto Natales. Le paysage s’ouvre sur la baie, les montagnes enneigées, un grand village coloré . Nous sentons la pampa toute proche. Et le soleil, le soleil !!! Mamamia, que c’est bon !!!

Dans la rue : « You are amazing guys !! » Une texane nous interpelle, à l’américaine, chaleureusement et sans retenue ! Les enfants la regardent complètement éberlués. Ni une, ni deux, ils se retrouvent avec une glace dans la main ! Célestin : « Alors ça alors ! T’arrives, y’a une femme qui te saute dessus les bras grands ouverts. Elle te dit que tu es son rêve. Elle t’invite à manger une glace. Elle paye. Tu choisis ton parfum et hop elle a disparu ! Quand est-ce qu’on va aux États-Unis ?!? »

5. De Curacautín au paso Huahum

5. De Curacautín au paso Huahum

Tempête de neige sur les hauteurs. Non, nous n’irons pas faire de randonnée dans le parc Conguillio,  à moins d’y aller  à ski de rando. Manque de bol, ce sont les maillots de bain que nous avons dans les sacoches ! Alors, on attend un peu plus bas, à Curacautín, sous la pluie. Nos hôtes, Nadia et Braulio, nous montrent une de leur activité préférée : le vélo de descente sur les volcans. Nous découvrons la godille à vélo sur cendres ! Ils nous emmènent faire du bloc. Célestin se réconcilie avec l’escalade. Leila est toujours à l’aise sur un mur. Depuis, ils grimpent sur toutes les prises qu’ils rencontrent et lorgnent du côté de toutes les auberges équipées du moindre pan !
Le soleil sort, en selle ! Direction Conguillio. Nous ne traversons pas le parc en son centre : trop de neige. Nous le contournons par l’ouest. Le goudron devient piste, ripio. Le ripio devient de plus en plus raide. Tout le monde met pied à terre. Commentaires des deux jeunes assistants qui m’aident à pousser le vélo derrière moi :  » Maman elle est vraiment forte. Il est hyper lourd son vélo !  »  » Oui, mais c’est papa le plus fort. « , « D’accord, mais maman elle porte la nourriture, c’est beaucoup. », « C’est vrai. Ils sont forts pareil alors. « , « Enfin, papa il est quand même plus fort « , « Ouais, t’as raison, ils sont forts tous les deux, mais c’est quand même papa le plus fort. « , « Hum, si je dérange, vous me le dites ! « . A force de pousser, tirer, déraper, nous finissons par arriver au col. Car, si c’est difficile, les enfants râlent, si c’est trop difficile, ça les amuse ! Exclamation sur la plateau qui suit, au pied du volcan Llaima « On dirait l’Afrique ! « . Alors, petite révision géographique. Nous ne sommes pas en Afrique, mais bien en Amérique du sud. Pour votre gouverne, il y aussi de la neige en Afrique et ce que vous voyez ce ne sont pas des baobabs, mais des araucarias. C’est entre autres pour eux que nous sommes venus jusqu’ici. Ces très vieux arbres ont effectivement un port assez particulier à nos yeux et surtout, ils sont couverts d’écailles, empêchant quiconque d’y grimper. C’est pour cela qu’en Europe nous les surnommons « désespoir du singe ». Ici, ils ont les pieds dans la neige, et nous, ce sont les roues qui s’y enfoncent ! Versant sud du col, la neige est encore présente. Nous ne savons pas sur combien de mètres ou de kilomètres. Il se fait tard. Vaut-il mieux descendre dans la neige fondue, se mouiller les pieds sans espoir de les faire sécher, mais gagner quelques degrés, ou camper en haut et passer le lendemain quand la neige aura gelée ? On coupe la poire en deux : on commence la cession ski-roue quand très rapidement une prairie s’offre à nous. C’est décidé, nous nous arrêtons. Les étoiles sortent. Le ciel est dégagé. C’est magnifique ! C’est froid… A peine avons-nous planté la tente qu’elle givre instantanément !

Le lendemain soir, nous sommes rattrapés par Diego, cyclo belge. Il a fait dans la journée ce qui nous a pris deux jours. Les enfants sont impressionnés ! Il a prévu de rejoindre Pucón en un jour, alors que nous en prévoyons quatre… Bon, nous n’avons pas planifié la même route. Il doit prendre la plus courte, goudronnée, nous nous offrons la piste dans la montagne… Nous passons la soirée ensemble. Le matin, il repart avant nous. Nous le retrouvons l’après-midi au bord du lac Colico. Interrogation. Il avait finalement opté pour ce qu’il pensait être notre plan : un raccourci à travers la montagne. Mais pas du tout, ce que nous avons prévu c’est le loooonnnng détour par la vallée à l’est. Le raccourci qui apparaît sur certaine carte, nous avions bien vu que ce ne devait être qu’un sentier peu praticable a vélo ! Effectivement, il y a été, a tenté, a renoncé. Un pick-up passe à notre niveau. Il l’arrête et met son vélo dans le coffre, espérant toujours rejoindre Pucón le soir même. Les enfants sont estomaqués « C’est facile. T’arrête une voiture. Tu demandes et hop elle t’emmène ! Mais pourquoi on fait pas ça ???? « 
Colico. Les enfants sont supers motivés pour se baigner dans le lac. Ok, mais c’est aussi pour se laver. Ils mettent un orteil, deux, et décident que non, pas de baignade aujourd’hui et pas de douches non plus ! Trop froid. Allala, tout ça c’est affaire de technique les gars :
1. Se mouiller d’abord les jambes. Sortir de l’eau. Se savonner.
2. Mouiller le haut du corps. Sortir de l’eau. Se savonner.
3. Profiter de la minute ou le corps est anesthésié par le froid pour se mettre entièrement dans l’eau et se rincer.
4. Pour finir, sortir, se sécher et s’habiller chaudement avant que l’anesthésie prenne fin !
Ah, oui, et avant tout ça, trouver un endroit le plus possible à l’abri du vent et mettre ses affaires à l’abri de la pluie…

Réveil sous un ciel bien chargé. Nous voyons les averses arriver par l’ouest du lac. Le vent nous pousse vers l’est. C’est de bonne augure car c’est aussi plat au bord du lac qu’au bord de l’océan… La piste s’éloigne de l’eau pour contourner les résidences secondaires cossues, rejoindre des hameaux perdus. Deux écoles, une privée, une publique, mais où sont les habitants ??
A midi les vaches nous regardent faire une pause. Nous sommes « seulement » au bout du lac, alors que nous avons dû faire le dénivelé estimé pour la journée, les 600m pour atteindre le col. Il pleut. Le vent forci. Il fait froid. C’est reparti. On attaque la côte, la vraie. Cette fois ça monte direct, raide, pas de descente. Ça devient plus plat. Le col ? Non, ça monte toujours. Il fait de plus en plus froid. Nous nous rhabillons, mettons tout ce que nous avons quitté dans la montée. Un pull, deux pulls, doudoune, bonnet, gants. Une femme, derrière la vitre d’une cabane perdue, nous regarde passer. Nous sommes frigorifiés. Les mains, les pieds sont gelés. Très difficile à réchauffer. Ça craque. Ça pleure. Pause goûter. Tartine au miel. Ça réchauffe le cœur. Un peu. Mais pas le corps. Bouger, courir, garder le rythme, avoir de l’énergie pour quatre. Repartir. Ça y’est la rivière coule enfin dans l’autre sens. Nous avons changé de bassin versant. Descendre, gagner des degrés avant la nuit. Nous nous mettons à couvert sous les arbres. Les enfants ont retrouvé le sourire. Ouf! C’est parti pour une cession cabane en attendant le repas.
Le lendemain, petite balade dans la forêt aux sorcières. Les arbres ont encore leurs tenues hivernales, sans feuilles, mais sont couverts de lichen, les « barbas de viejo « . Puis nous descendons dans la vallée. Quelques belles côtes quand même, car comme dit Leila « Quand ça monte, ça monte, quand ça descend, ça monte encore ! « . Un gaucho inspecte ses clôtures à cheval. Une épicerie ambulante ravitaille les fermes perdues sur les hauteurs. Petit à petit la vallée se peuple. Ce bout du monde qui nous semblait un poil lugubre sous le ciel gris hier, nous apparaît bien plus rieur aujourd’hui. Les attelages de bœufs sont aux travaux dans les champs. Les enfants empruntent des passerelles suspendues pour rentrer de l’école. Deux cavaliers tirent un cochon en laisse. Nous posons la tente dans le gymnase du collège. Où sont nos enfants ? Dehors, assis cote a cote, absorbés dans la contemplation du ciel étoilé.

Il nous reste quelques kilomètres de ripio bien poussiéreux, puis pas mal de kilomètres de goudron avant de rejoindre le carrefour où nous devons retrouver Juliette, notre hôte dans les environs de Pucón. Après la pause de midi, il nous reste 40 km. On est motivé, on y croit. Petit arrêt au bout de 15 km. Un pick-up s’arrête à notre niveau. C’est Juliette ! Même pas besoin de faire du stop ! Hop, elle nous embarque et ma fois, nous ne sommes pas mécontents d’avoir un moteur sous les fesses… Le petit coin de paradis perdu dans la montagne ou elle habite avec Francisco et leurs enfants se mérite ! Pas certain que l’on aurait encore eu la force de faire tout ce dénivelé aujourd’hui. Pucón. Ville au pied du volcan Villarica, Volcan majestueux, un cône parfait comme on aime les dessiner. Il y a quelques semaines, nous n’étions pas certains de pouvoir venir ici. Villarica était en train de se réveiller, mettant la région en alerte. Les écoles ont fermées. Mais finalement pas d’ordre d’évacuation. Le volcan s’est rendormi. Aujourd’hui, il ne s’échappe qu’un peu de fumée de sa cheminée. Normal, on nous dit. Ça reste impressionnant à nos yeux de novices. Avec Juliette et sa famille, nous allons nous balader au pied du volcan Llamin. Forêt de nothofagus coiffés de lichens. Pas de pique-nique au bord du lac. L’eau est montée haut cette année, recouvrant les plages si joliment décrites. Ils nous emmènent jusqu’à la frontière argentine. Paysages lunaires peuplés d’araucarias préhistoriques. Au retour de rando, Villarica fume davantage que ces derniers jours. Ça nous impressionne, mais pas d’alerte en vue, nous rentrons tranquillement à la maison.
C’est reparti! Nous décidons de traverser le parc Villarica. Nous savons qu’il y a une belle côte, mais…on triche ! Juliette a proposé de nous monter sur une partie du trajet. Nous avons volontiers accepté ! A l’entrée du parc, le garde nous dit que la piste est fermée aux véhicules à cause de la neige, mais aussi parce que personne n’est aller vérifier si ça passait. Pour les vélos pas de problème et il nous ouvre la barrière. Derrière, nous attendent cinq kilomètres de piste bien raide, bien défoncée, avec des ornières impressionnantes (mais comment les véhicules font pour passer?). Il fait beau. Tout le monde a fait le plein d’énergie. Arrivés au col, nous profitons d’une vague de chaleur pour continuer à pied en direction du glacier. Grimpette dans les araucarias puis la forêt s’ouvre sur les montagnes et volcans enneigés. C’est magnifique ! Nous montons un peu plus haut pour retrouver Villarica et ses pets de fumée. Descente en ski-basket. Forcément, on a les pieds trempés. Célestin  » La balade c’était bien, la neige, c’était bien, mais maintenant j’ai les pieds congelés comme des saucisses !  » Nous plantons la tente sous les nothofagus. Est-ce dû à leur taille ? A leur grand âge ? Il se dégage de ces forêts une force apaisante. Nous sommes enveloppés par leur majesté. Les étoiles brillent au-dessus de la canopée. Il est l’heure de dormir. Bonne nuit les petits. Dans la descente, nous nous l’étions promis, arrêt aux thermes El Rincon. Des semaines que nous rêvons de ces eaux chaudes qui jaillissent un peu partout aux pieds des volcans. Mais celles-ci sont fermées, en travaux. Nous discutons avec les ouvriers et le patron avant de repartir quand tout à coup celui-ci nous dit « Allez, vous pouvez y aller. 45 minutes, pas plus. Après on s’en va. » Et nous voici à nous glisser nus dans l’eau chaude, au fond d’un petit vallon, au pied d’une cascade. Seuls au monde pour un moment de félicité. Hummmm. Routes des 7 lacs (chiliens). Dernier coup d’œil à Villarica. Petit pincement au cœur. C’est que l’on s’était habitué à sa présence. Il a été notre repère ces dernières semaines. Notre phare. Nous aimions ses pentes enneigées, sa petite fumée. Célestin se rassure « Quand on reviendra sur notre route vers le nord, on va bien le revoir ? » De lacs en lacs, de volcans en volcans, nous nous approchons de l’Argentine. Deux heures de ferry, dix petits kilomètres et ça y’est nous sommes à la frontière.
4. De Concepción à Curacaotín, du Pacifique aux Andes

4. De Concepción à Curacaotín, du Pacifique aux Andes

Concepción, Conce, ville rock, ville rebelle. Pour nous quelques belles soirées passées avec Léo, Nicolas, Ronya et Simon, à discuter histoire et politique, défense des cours d’eau et aménagement routier. Et vélo ! Léo est LA figure locale des défenseurs du vélo. A l’occasion de la journée sans voiture, il doit être interviewé et nous propose d’apporter notre grain de sel. Célestin est très fier de passer à la télé ! (locale ;)) Balade dans la ville aux murs couverts de peinture, certaines poétiques, d’autres très politiques. Après avoir réalisé « un guide » de survie avant le départ, Célestin, inspiré, s’attaque aux plans de la révolution !

Départ de Conce par une belle journée de printemps direction la gare pour nous faire gagner facilement quelques kilomètres vers le sud et les Andes. Nuit au bord de la rivière, et de la voie ferrée. Deux paires d’yeux nous épient dans le noir. Des trains de marchandises passent. Tout… Dou… Ce… Ment…

Le lendemain nous nous envolons sur l’autoroute du futur ! En réalité une 2×2 voies en construction. C’est dimanche, pas de travaux, nous profitons de longs tronçons goudronnés, mais pas encore ouverts aux voitures. Royal ! Même si ça semble un peu sur-dimensionné…

À Los Sauces, Víctor nous aborde. Il nous a entendu parler français et propose de nous inviter chez lui. Il a habité six ans en France, de 1979 à 1986. Parti chercher du travail, laissant femme et enfants au pays. Il a aimé se former à l’électricité, l’ambiance avec les camarades à l’usine. Puis il est rentré. Enfin. Il est parti travailler dans les mines, au nord. Trois semaines là-bas, une semaine chez lui. Les mines à plus de 4.000 mètres d’altitude. Le campement entre 2.500m et 3.000m. Avion et bus affrétés spécialement par les compagnies pour faire venir des travailleurs de tout le pays. Là aussi la camaraderie fait tenir. Victor chante aussi. Des chansons d’amour. En espagnol et en français. Aujourd’hui, Victor est seul. Sa femme l’a quitté. Il est un peu triste. Se demande à quoi bon toute cette vie à travailler loin de chez lui. Hier c’était son anniversaire. Il partage avec nous ce qu’il reste du gâteau. Nous partageons avec lui nos pâtes à la carotte, puis il allume le micro…

Le lendemain, une longue ligne droite nous attend. Et comme toutes les lignes droites, elle n’épouse pas les courbes des collines, mais leur passe dessus, sans ménager les cyclistes ! Beaucoup de forêts, de pneus, de maisons et de cabanes brûlés sur le bord de la route. Nous croisons tank et camion amphibie militaire. L’après-midi nous passons devant l’entrée d’une piste gardée par des militaires masqués. Nous sommes en Araucanie. Dernier des territoires mapuche à avoir rendu les armes face au jeune état chilien. Car, non les Amériques n’étaient pas des déserts à l’arrivée des conquistadors, pas plus qu’elles ne l’étaient quand on a commencé à distribuer des terres aux colons. Aujourd’hui, les mapuches réclament ces terres qui leur ont été volées. Dans les arbres, au bord des champs, des forêts, à l’entrée des pistes, nous pouvons lire « Libertad P.M.M. Recuperation Territorial ».

En ligne de mire, apparaissent les volcans enneigés. Ils seront nos repères pour les semaines à venir. Ce soir nous dormons au bord d’un lac artificiel, avec pour toile de fond ces géants bienveillants. Les enfants se baignent… en doudoune ! Les pieds anesthésiés par le froid, il faut les forcer à sortir. Mais les fesses, elles, sont restées bien au sec ! Nous longeons des champs de noisettes qui partiront alimenter les usines de pâte à tartiner. Après Victoria, des panneaux sur la route « raclette et camembert »! Adèle nous attend au fondo Mondio. Elle est la jeune gérante d’une ferme appartement à une fondation ayant des liens forts avec la France . Ceci expliquant cela. Le soir, Leïla me dit « on est bien ici, c’est presque comme à la maison. On a un lit pour nous tout seul et des couettes. Enfin des couvertures, mais c’est presque pareil ! » En plus, il y a la douche du futur : eau chaude, jet d’eau et musique ! On s’y endormirait presque. Le tout, c’est d’en sortir. La salle de bain doit avoisiner les 10 degrés ! On est bien ici. La ferme emploie une petite vingtaine de salariés dont la plupart vivent sur l’exploitation avec leur famille. Une ambiance chaleureuse règne. Plaisir des repas pris ensemble. Douceur des balades entre lac, champs et forêts. Célestin taille un lance-pierre. Joachim, l’amoureux d’Adèle, lui en fabrique un avec un haut de bouteille en plastique et des ballons de baudruche. Léo, l’administrateur technique de l’exploitation, rentre de weekend avec un lance-pierre pour chacun des enfants. Les plans de la révolution s’affinent… Petite journée facile pour rejoindre Curacautín, notre porte d’entrée pour les Andes.

3. De Santiago à Concepción, de la vallée centrale au Pacifique

3. De Santiago à Concepción, de la vallée centrale au Pacifique

Autant l’avouer tout de suite, les deux premières semaines de vélo au Chili n’ont pas été des plus plaisantes. Dure, dure, la route rythmée par le bruit des voitures et les aboiements de chiens. On reste perplexe quand la piste cyclables termine sur l’autoroute, mais on sourit en voyant le nom du pont qu’il nous faut alors traverser : « Peor es nada « ! Tout va bien !

Quand la pluie s‘y met, c’est un peu la déprime sur la route qui mène à l’océan Pacifique… Leïla tombe alors qu’elle est accrochée à Florent. Leïla pleure. Leïla se relève. Leïla est forte. Deux minutes plus tard, elle repart. C’est sans doute la plus forte d’entre nous !

Nous traversons des villages ravagés par les inondations des dernières semaines. Le fleuve est monté haut, déposant des tonnes de limon dans les champs, les rues, les maisons, emportant des parties de route. La terre n’a pas encore réussi à absorber toute l’eau tombée, tout est détrempé, encore inondé.

Fin de journée à Hualañe. Épreuve du supermarché, j’ai la tête qui tourne devant les fromages qui se ressemblent tous. Chanco, gouda, quesillo, mon œil novice  n’arrive pas à en choisir un !  Un repère comme un phare rassurant : le marchand de fruit et légumes. La nuit tombe, oú dormir ? Depuis le début, la campagne n’est pas propice au camping : tout est fermé, grillagé, barbelé, cadenassé, les maisons, les champs, les forêts, même les réserves naturelles ! Lors d’une balade dans un parc dans les hauteurs de Santiago, Célestin de s’exclamer « Tiens la porte de la nature ! » et Leïla d’ajouter « Mais, si ils mettent des grillages pour protéger les animaux, comment ils peuvent sortir du coup ? ». A Hualañe, la nuit tombe, hostal et hosteria sont fermées, oú aller ? Nous allons rendre visite aux pompiers. Nous ne pouvons pas dormir á la caserne, il n’y a personne cette nuit. La jeune de garde nous propose de profiter d’une pièce vide chez sa tante. Finalement nous partagerons avec elle le grenier de son père. Toute la famille part faire la fête après nous avoir fait des lits biens chauds !

A l’inverse de toutes ces barrières, les chiliens nous ouvrent grand leurs portes ! Est-ce le froid ? la pluie ? la présence des enfants ? notre bonne étoile ? plus surement et tout simplement leur gentillesse. Un soir, dans la cuisine d’une vieille et belle maison de ferme,  Célestin me demande tout bas « Combien de temps on reste au Chili ? « Quelques mois. » « Super ! Ici il y a toujours de grandes tables avec plein de choses à manger ! » (Spéciale dédicace à Jorge et Gallia 😉 )

C’est dimanche. Moins de circulation, c’est plus agréable. Crachin breton qui mouille pas mal. Pause de midi dans une école désaffectée. C’est déglingue, mais il y a des jeux pour se faire les muscles, comme dans pratiquement tous les villages. Les enfants adorent ! On dirait que rien ne les surprends. Ils s’adaptent à tout sans se poser de question, dorment n’importent oú. Ils sont heureux même sous la pluie et dans la boue ! Sans nul doute parce qu’ils vivent l’instant présents. Ils n’ont pas froid (vive les doudounes et les pantalons de pluie), n’ont pas faim (toujours avoir du patatores dans ses sacoches) et ne se préoccupent pas de la route à prendre, ni de là oú l’on va dormir (« Vous savez pas oú camper, bin, on va demander! »).

Des dunes noires nous annoncent l’océan. Les enfants, sachant qu’ils ne pourront pas profiter des pentes de l’aigle cet hiver, tentent de les descendre en luge de cartons ! Échec. Mais belles rigolades!

Atteindre l’océan nous fait du bien. On découvre un camping sur la plage mis a disposition par la municipalité de la Trinchera : de beaux abris aux couleurs des oiseaux d’ici, avec un point d’eau. Des tables et bancs à l’abri du soleil et de la pluie, un platelage bois pour les tentes : pas très pratique pour nous. On s’installe sur les bancs, on bouche les espaces entre les planches des  trois « murs » pour lutter contre le vent. Nuit bercée par la pluie qui tombe. Le vent tourne, ouille, est-ce que les duvets vont se mouiller ? Flemme de bouger, je me laisse bercer.

11 septembre, c’est l’anniversaire du coup d’état de Pinochet. L’occasion d’évoquer avec les enfants les dictatures, les disparitions forcées, et surtout l’importance de se battre pour que tous, de part le monde, nous ayons notre liberté de penser et de nous exprimer.

Les routes le long de la côte ne sont jamais plates, pas davantage la côte chilienne que la côte normande, au milieu du bal des grumiers c’est rude ! « Pourquoi les arbres sont en ligne ? » « C’est ainsi que l’on fait vivre les arbres ici… ». Des hectares et des hectares de pins et d’eucalyptus, bien rangés, bien barricadés. Ça monte et ça descend sec. Les enfants assurent ! Aujourd’hui, premier vrai camping « sauvage » au bord de la rivière. Au moment de se coucher : « Célestin, c’est toi qui a planté le bâton ? » « Oui, mais il est dans l’eau, je l’avais pas mis dans l’eau ! » « … ». Nous couchons les enfants. L’eau monte. La rivière coule toujours dans le même sens. L’eau monte encore. Quand atteint-on le point critique de l’évacuation ? Est-ce que ça peut être la marée ? Personne à qui demander. Les maisons sont éclairées, les télé allumées, mais pas âmes qui vivent. A-t-il plu plus haut ? D’après la carte, le bassin versant n’est pas trop important, donc peu de risque de débordement au vue des dernières pluies de ce côté là. L’eau monte encore. Un peu inquiets, on range toutes les affaires possibles sans réveiller les enfants… Une vague arrive de l’estuaire, c’est donc bien la marée qui monte ! Heu, mais jusqu’où ?? Les dernières traces laissent penser qu’elle va monter sur une bonne partie de la piste, mais que la tente devrait rester au sec. On re-déplie les matelas. Les enfants dorment toujours. Nous gardons un œil et une oreille ouverts… C’est que se réveiller au milieu d’un fleuve sorti de son lit, nous connaissons. Il y a quelques années, le Baker, le fleuve du Chili au plus gros débit. Un barrage naturel avait rompu en amont. Profondément endormis nous n’avions pas entendu l’eau monter et nous nous étions réveillés au son d’un joli clapotis. L’eau nous entourait de toute part, au ras de la tente ! Il s’en était alors fallut de peu… Au réveil, les enfants s´’étonnent « l’eau, elle est montée, il faut partir ! » « Humhum, laissez-nous dormir… ».

Pour s´éviter le trafic et profiter des belles vues sur l’océan, nous partons sur les pistes. Ouch. C’est pire ! Des pentes à  plus de 25% ! On n’a jamais vu ça ! Les enfants sont sur les pédales. Leïla est tirée par Flo quand c’est difficile, puis seule quand ça devient trop difficile ! Célestin : « Mon poids en sandwich pour avoir grimpé cette côte! »,  » J’espère qu’après ils nous récompensent par une descente ! ». Les enfants inventent des mots « Quel est l’âne qui a construit cette route ? » « Un anio = un âne idiot! ». La journée est récompensée par quelques belles descentes, mais si abruptes qu’elles ne sont pas vraiment reposantes ! La vraie médaille : un magnifique bivouac à l’aplomb de l’océan, coucher de soleil à l’abri du vent. Et ça, ça vaut bien toutes les côtes du monde !

Journée de folie pour rejoindre Concepción, seconde ville du Chili. Encore quelques kilomètres de ripio bien raide avant de retrouver l’asphalte, puis route bien circulée de Dichento à Temo. Ensuite sur les recommandations des locaux (et contre l’avis de Léo, notre contact à Conce), nous prenons la route alternative : une ancienne voie ferrée abandonnée de la côte. Au début tout va bien, c’est plat, pas de voiture. Puis ça se complique quand flaques et boue prennent de plus en plus de place, un peu plus quand il faut passer sur ou à travers des arbres tombés lors des dernières tempêtes et vraiment, quand tout simplement la piste, après un tunnel obscure, devient sentier étroit avec ballaste et traverses sous les pieds. Heureusement le paysages est beau sous le soleil!  Retour à la civilisation en arrivant au port de Lirquen et nouveau départ sur les routes alternatives : une piste qui traverse une zone humide protégé… une piste bien inondée ! Pour s’éviter la baignade, on monte sur la voie ferrée, en état de marche cette fois. Des promeneurs du soir nous rassurent : ça ne passe que de temps en temps, le dernier train date d’il y a une demi-heure… On avance vite, un œil devant, un œil derrière. Retour sur la piste, la nuit tombe peu à peu. Célestin me chuchote avec un petit sourire « je n’ai jamais vu papa aussi pressé ». Il faut dire qu’entrer dans une grande ville par les faubourgs déglingues, au milieu des chiens, n’est jamais agréables, encore moins de nuit, pas plus que la 2×2 voies qu’il nous faut prendre… Heureusement, il y a une bande d’arrêt d’urgence et un échappatoire rapide. Enfin nous arrivons ! Léo, Nicolas et Daniela nous accueillent à bras ouverts. Simon et Ronja ont préparé un grand repas. Ayant pris les mêmes chemins quelques jours avant, ils se doutaient de l’état de nos estomacs ! Merci à tous !!!