Tempête de neige sur les hauteurs. Non, nous n’irons pas faire de randonnée dans le parc Conguillio,  à moins d’y aller  à ski de rando. Manque de bol, ce sont les maillots de bain que nous avons dans les sacoches ! Alors, on attend un peu plus bas, à Curacautín, sous la pluie. Nos hôtes, Nadia et Braulio, nous montrent une de leur activité préférée : le vélo de descente sur les volcans. Nous découvrons la godille à vélo sur cendres ! Ils nous emmènent faire du bloc. Célestin se réconcilie avec l’escalade. Leila est toujours à l’aise sur un mur. Depuis, ils grimpent sur toutes les prises qu’ils rencontrent et lorgnent du côté de toutes les auberges équipées du moindre pan !
Le soleil sort, en selle ! Direction Conguillio. Nous ne traversons pas le parc en son centre : trop de neige. Nous le contournons par l’ouest. Le goudron devient piste, ripio. Le ripio devient de plus en plus raide. Tout le monde met pied à terre. Commentaires des deux jeunes assistants qui m’aident à pousser le vélo derrière moi :  » Maman elle est vraiment forte. Il est hyper lourd son vélo !  »  » Oui, mais c’est papa le plus fort. « , « D’accord, mais maman elle porte la nourriture, c’est beaucoup. », « C’est vrai. Ils sont forts pareil alors. « , « Enfin, papa il est quand même plus fort « , « Ouais, t’as raison, ils sont forts tous les deux, mais c’est quand même papa le plus fort. « , « Hum, si je dérange, vous me le dites ! « . A force de pousser, tirer, déraper, nous finissons par arriver au col. Car, si c’est difficile, les enfants râlent, si c’est trop difficile, ça les amuse ! Exclamation sur la plateau qui suit, au pied du volcan Llaima « On dirait l’Afrique ! « . Alors, petite révision géographique. Nous ne sommes pas en Afrique, mais bien en Amérique du sud. Pour votre gouverne, il y aussi de la neige en Afrique et ce que vous voyez ce ne sont pas des baobabs, mais des araucarias. C’est entre autres pour eux que nous sommes venus jusqu’ici. Ces très vieux arbres ont effectivement un port assez particulier à nos yeux et surtout, ils sont couverts d’écailles, empêchant quiconque d’y grimper. C’est pour cela qu’en Europe nous les surnommons « désespoir du singe ». Ici, ils ont les pieds dans la neige, et nous, ce sont les roues qui s’y enfoncent ! Versant sud du col, la neige est encore présente. Nous ne savons pas sur combien de mètres ou de kilomètres. Il se fait tard. Vaut-il mieux descendre dans la neige fondue, se mouiller les pieds sans espoir de les faire sécher, mais gagner quelques degrés, ou camper en haut et passer le lendemain quand la neige aura gelée ? On coupe la poire en deux : on commence la cession ski-roue quand très rapidement une prairie s’offre à nous. C’est décidé, nous nous arrêtons. Les étoiles sortent. Le ciel est dégagé. C’est magnifique ! C’est froid… A peine avons-nous planté la tente qu’elle givre instantanément !

Le lendemain soir, nous sommes rattrapés par Diego, cyclo belge. Il a fait dans la journée ce qui nous a pris deux jours. Les enfants sont impressionnés ! Il a prévu de rejoindre Pucón en un jour, alors que nous en prévoyons quatre… Bon, nous n’avons pas planifié la même route. Il doit prendre la plus courte, goudronnée, nous nous offrons la piste dans la montagne… Nous passons la soirée ensemble. Le matin, il repart avant nous. Nous le retrouvons l’après-midi au bord du lac Colico. Interrogation. Il avait finalement opté pour ce qu’il pensait être notre plan : un raccourci à travers la montagne. Mais pas du tout, ce que nous avons prévu c’est le loooonnnng détour par la vallée à l’est. Le raccourci qui apparaît sur certaine carte, nous avions bien vu que ce ne devait être qu’un sentier peu praticable a vélo ! Effectivement, il y a été, a tenté, a renoncé. Un pick-up passe à notre niveau. Il l’arrête et met son vélo dans le coffre, espérant toujours rejoindre Pucón le soir même. Les enfants sont estomaqués « C’est facile. T’arrête une voiture. Tu demandes et hop elle t’emmène ! Mais pourquoi on fait pas ça ???? « 
Colico. Les enfants sont supers motivés pour se baigner dans le lac. Ok, mais c’est aussi pour se laver. Ils mettent un orteil, deux, et décident que non, pas de baignade aujourd’hui et pas de douches non plus ! Trop froid. Allala, tout ça c’est affaire de technique les gars :
1. Se mouiller d’abord les jambes. Sortir de l’eau. Se savonner.
2. Mouiller le haut du corps. Sortir de l’eau. Se savonner.
3. Profiter de la minute ou le corps est anesthésié par le froid pour se mettre entièrement dans l’eau et se rincer.
4. Pour finir, sortir, se sécher et s’habiller chaudement avant que l’anesthésie prenne fin !
Ah, oui, et avant tout ça, trouver un endroit le plus possible à l’abri du vent et mettre ses affaires à l’abri de la pluie…

Réveil sous un ciel bien chargé. Nous voyons les averses arriver par l’ouest du lac. Le vent nous pousse vers l’est. C’est de bonne augure car c’est aussi plat au bord du lac qu’au bord de l’océan… La piste s’éloigne de l’eau pour contourner les résidences secondaires cossues, rejoindre des hameaux perdus. Deux écoles, une privée, une publique, mais où sont les habitants ??
A midi les vaches nous regardent faire une pause. Nous sommes « seulement » au bout du lac, alors que nous avons dû faire le dénivelé estimé pour la journée, les 600m pour atteindre le col. Il pleut. Le vent forci. Il fait froid. C’est reparti. On attaque la côte, la vraie. Cette fois ça monte direct, raide, pas de descente. Ça devient plus plat. Le col ? Non, ça monte toujours. Il fait de plus en plus froid. Nous nous rhabillons, mettons tout ce que nous avons quitté dans la montée. Un pull, deux pulls, doudoune, bonnet, gants. Une femme, derrière la vitre d’une cabane perdue, nous regarde passer. Nous sommes frigorifiés. Les mains, les pieds sont gelés. Très difficile à réchauffer. Ça craque. Ça pleure. Pause goûter. Tartine au miel. Ça réchauffe le cœur. Un peu. Mais pas le corps. Bouger, courir, garder le rythme, avoir de l’énergie pour quatre. Repartir. Ça y’est la rivière coule enfin dans l’autre sens. Nous avons changé de bassin versant. Descendre, gagner des degrés avant la nuit. Nous nous mettons à couvert sous les arbres. Les enfants ont retrouvé le sourire. Ouf! C’est parti pour une cession cabane en attendant le repas.
Le lendemain, petite balade dans la forêt aux sorcières. Les arbres ont encore leurs tenues hivernales, sans feuilles, mais sont couverts de lichen, les « barbas de viejo « . Puis nous descendons dans la vallée. Quelques belles côtes quand même, car comme dit Leila « Quand ça monte, ça monte, quand ça descend, ça monte encore ! « . Un gaucho inspecte ses clôtures à cheval. Une épicerie ambulante ravitaille les fermes perdues sur les hauteurs. Petit à petit la vallée se peuple. Ce bout du monde qui nous semblait un poil lugubre sous le ciel gris hier, nous apparaît bien plus rieur aujourd’hui. Les attelages de bœufs sont aux travaux dans les champs. Les enfants empruntent des passerelles suspendues pour rentrer de l’école. Deux cavaliers tirent un cochon en laisse. Nous posons la tente dans le gymnase du collège. Où sont nos enfants ? Dehors, assis cote a cote, absorbés dans la contemplation du ciel étoilé.

Il nous reste quelques kilomètres de ripio bien poussiéreux, puis pas mal de kilomètres de goudron avant de rejoindre le carrefour où nous devons retrouver Juliette, notre hôte dans les environs de Pucón. Après la pause de midi, il nous reste 40 km. On est motivé, on y croit. Petit arrêt au bout de 15 km. Un pick-up s’arrête à notre niveau. C’est Juliette ! Même pas besoin de faire du stop ! Hop, elle nous embarque et ma fois, nous ne sommes pas mécontents d’avoir un moteur sous les fesses… Le petit coin de paradis perdu dans la montagne ou elle habite avec Francisco et leurs enfants se mérite ! Pas certain que l’on aurait encore eu la force de faire tout ce dénivelé aujourd’hui. Pucón. Ville au pied du volcan Villarica, Volcan majestueux, un cône parfait comme on aime les dessiner. Il y a quelques semaines, nous n’étions pas certains de pouvoir venir ici. Villarica était en train de se réveiller, mettant la région en alerte. Les écoles ont fermées. Mais finalement pas d’ordre d’évacuation. Le volcan s’est rendormi. Aujourd’hui, il ne s’échappe qu’un peu de fumée de sa cheminée. Normal, on nous dit. Ça reste impressionnant à nos yeux de novices. Avec Juliette et sa famille, nous allons nous balader au pied du volcan Llamin. Forêt de nothofagus coiffés de lichens. Pas de pique-nique au bord du lac. L’eau est montée haut cette année, recouvrant les plages si joliment décrites. Ils nous emmènent jusqu’à la frontière argentine. Paysages lunaires peuplés d’araucarias préhistoriques. Au retour de rando, Villarica fume davantage que ces derniers jours. Ça nous impressionne, mais pas d’alerte en vue, nous rentrons tranquillement à la maison.
C’est reparti! Nous décidons de traverser le parc Villarica. Nous savons qu’il y a une belle côte, mais…on triche ! Juliette a proposé de nous monter sur une partie du trajet. Nous avons volontiers accepté ! A l’entrée du parc, le garde nous dit que la piste est fermée aux véhicules à cause de la neige, mais aussi parce que personne n’est aller vérifier si ça passait. Pour les vélos pas de problème et il nous ouvre la barrière. Derrière, nous attendent cinq kilomètres de piste bien raide, bien défoncée, avec des ornières impressionnantes (mais comment les véhicules font pour passer?). Il fait beau. Tout le monde a fait le plein d’énergie. Arrivés au col, nous profitons d’une vague de chaleur pour continuer à pied en direction du glacier. Grimpette dans les araucarias puis la forêt s’ouvre sur les montagnes et volcans enneigés. C’est magnifique ! Nous montons un peu plus haut pour retrouver Villarica et ses pets de fumée. Descente en ski-basket. Forcément, on a les pieds trempés. Célestin  » La balade c’était bien, la neige, c’était bien, mais maintenant j’ai les pieds congelés comme des saucisses !  » Nous plantons la tente sous les nothofagus. Est-ce dû à leur taille ? A leur grand âge ? Il se dégage de ces forêts une force apaisante. Nous sommes enveloppés par leur majesté. Les étoiles brillent au-dessus de la canopée. Il est l’heure de dormir. Bonne nuit les petits. Dans la descente, nous nous l’étions promis, arrêt aux thermes El Rincon. Des semaines que nous rêvons de ces eaux chaudes qui jaillissent un peu partout aux pieds des volcans. Mais celles-ci sont fermées, en travaux. Nous discutons avec les ouvriers et le patron avant de repartir quand tout à coup celui-ci nous dit « Allez, vous pouvez y aller. 45 minutes, pas plus. Après on s’en va. » Et nous voici à nous glisser nus dans l’eau chaude, au fond d’un petit vallon, au pied d’une cascade. Seuls au monde pour un moment de félicité. Hummmm. Routes des 7 lacs (chiliens). Dernier coup d’œil à Villarica. Petit pincement au cœur. C’est que l’on s’était habitué à sa présence. Il a été notre repère ces dernières semaines. Notre phare. Nous aimions ses pentes enneigées, sa petite fumée. Célestin se rassure « Quand on reviendra sur notre route vers le nord, on va bien le revoir ? » De lacs en lacs, de volcans en volcans, nous nous approchons de l’Argentine. Deux heures de ferry, dix petits kilomètres et ça y’est nous sommes à la frontière.